Le CLAC : qui sommes-nous ?

Poisson véhément contre projet démentLe Comité de liaison pour des alternatives aux canaux interbassins est une association loi 1901 pour la réalisation d’études, la collecte,‭ ‬la mise en forme et la diffusion d’informations concernant les projets de liaisons de transport interbassins‭.‭ Elle critique les arguments économiques infondés en faveur des grands projets d’infrastructure, explore les alternatives à ces grands travaux et promeut la préservation de l’environnement.

Le CLAC est né en 1975 sous le nom de Comité de liaison anti-canal dans la lutte contre un premier projet de canal à grand gabarit Rhin-Rhône. Associé depuis 1989 au collectif Saône et Doubs vivants - Sundgau vivant et au WWF, il a travaillé à rendre crédibles les critiques adressées à ce projet. Il n’est pas étranger à son abandon, décidé par Dominique Voynet, alors ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement, en 1997.

Le projet Rhin-Rhône a été relancé en 2009, dans une version à deux branches, sous le nom de Saône-Moselle / Saône-Rhin (SMSR). À cette occasion, le CLAC a été chargé par France Nature Environnement (FNE), d'apporter la contradiction dans un débat public qui aurait dû se tenir en 2013. Mais le projet a été ajourné cette année-là par la commission Mobilité 21, qui statué sur les grands projets d'infrastructures de transport à la demande du gouvernement.

Sur le présent site, nous mettons à votre disposition d'une part notre argumentaire SMSR et d'autre part les documents que nous avons réalisés à l’époque de l’ancien projet Rhin-Rhône.

Par ailleurs, avec l'expertise accumulée depuis 1975 sur les canaux interbassins, le CLAC a lancé des études à propos d'un projet qui est toujours d'actualité, Seine-Nord Europe (SNE). Ce projet n'apparaissait pas aussi déraisonnable que Rhin-Rhône mais, à l'étude, il s'est avéré entaché de nombreux faux-semblants qui le disqualifie à nos yeux. Les lecteurs du site peuvent accéder à nos critiques à travers notre argumentaire sur SNE.

Attention ! Le CLAC n'est en aucun cas un opposant au transport fluvial. Contre le tout-routier et parallèlement au transport par rail, le CLAC défend le transport de marchandises sur les grands fleuves (Rhin, Seine, Rhône-Saône) et en zone de plaine (canal Dunkerque-Escaut). Le CLAC voit aussi un intérêt à l'entretien du réseau à petit gabarit Freycinet pour un usage de transport en plus de son intérêt patrimonial et touristique.

Le CLAC s'est donné pour mission principale de faire comprendre au public et aux décideurs la différence qu'il y a entre :
- promouvoir le transport fluvial avec ses indéniables vertus écologiques ;
- promouvoir les projets de liaisons à grand gabarit entre bassins, qui sont adaptées aux plaines du nord de l'Europe mais économiquement déraisonnables dans le cadre géographique français.